Sermon qui brise le coeur

La lumière se fit dans mon coeur au moment où moi je ne m'en attendais le moins. C'était mon tour de prêcher dans la paroisse. Le samedi antérieur j'avais, comme de coutume, écouté le programme de Billy Graham à la radio HCJB (L'Heure de la Décision). C'était le programme qui m'avait beaucoup aidé à préparer mes sermons des dimanches antérieurs. Cette fois-ci, j'avais choisi comme thème de ma prédication: « L'HYPOCRISIE RELIGIEUSE » en me prévalant du passage suivant des Écritures:« Ceux qui me disent: Seigneur! Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé en ton nom? n'avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement: je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité » (Matthieu 7.21-23).

Je connaissais mes paroissiens. Je voulais attirer leur attention sur la vaine gloire que manifestaient certaines personnes devant tout ce qu'elles faisaient de bon, oubliant que bien souvent ces bonnes oeuvres ne font que camoufler un coeur pourri. Et, à mesure que je parlais, je sentais que la Parole de Dieu me revenait à moi, comme une balle de ping-pong qui vous revole dans la figure. Il est curieux de voir comment l'esprit humain peut, en quelques secondes, établir toute une charpente de pensées, qui nécessiteraient peut-être des heures pour les mettre en mots. C'est ainsi que, pendant que je faisais mon sermon, quelqu'un me parlait dans mon coeur et me faisait un sermon exactement adapté à mes besoins personnels. Je pensais que, parce que j'étais un religieux et un prêtre, j'étais meilleur que tous ceux qui m'écoutaient. Et pourtant, à moi aussi, cette parole résonnerait un jour à mes oreilles: « Je ne t'ai jamais connu, retire-toi de moi! » Et j'entendais mes propres arguments devant cette menace et cette condamnation: « Comment est-ce possible, mon Dieu, que tu ne me connaîtras pas? Ne suis-je pas ton prêtre? Ne suis-je pas religieux? Regarde tous les sacrifices que j'ai faits jusqu'à date: études pendant des années; séparation de mes parents, de mon pays; voeux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance te consacrant toutes mes richesses, tout mon corps et même ma volonté, afin de mieux te servir? Et tu vas me dire que tu ne m'as jamais connu? Considère de plus toutes les souffrances que j'ai endurées durant ma vie de missionnaire! je n'ai pas toujours mangé à ma faim; j'ai pleuré avec ceux qui pleuraient; j'ai baptisé des centaines de bébés... entendu des milliers de confessions, consolé beaucoup d'âmes éplorées et découragées; j'ai souffert le froid, la solitude, le mépris, l'ingratitude et les menaces... Je suis même prêt à donner ma vie pour toi ... »

Malgré tous ces arguments que j'apportais devant Dieu, cette même condamnation continuait à tinter à mes oreilles: « JE NE T'AI JAMAIS CONNU! » je me trouvai à bout d'arguments et de force; je sentais que j'allais éclater en sanglots, là, devant mes paroissiens. Et ... Je pleurai; mes larmes m'empêchèrent de continuer mon sermon. J'étais tout simplement découragé devant cette terrible frustration d'une vie manquée, en face de mes péchés et de la condamnation de Dieu... tout cela fut trop fort. Le Célébrant continua de dire sa messe; et moi, je sortis cherchant refuge dans mon bureau. Et là, la tête penchée sur la table, j'attendis que le calme me revint. Où me réfugier maintenant? Peut-être ma théologie me sauvera-t-elle si je reviens à elle et en suis fidèlement tous les dogmes et tous les préceptes? Mais cette même théologie à laquelle je voulais m'accrocher de nouveau, commençait déjà à souffrir la débandade, les changements, la destruction! je me tournai vers mes amis. Ils étaient dans la même situation que moi: incertains! Me confier en moi-même? Je n'y comptais plus. À me voir, je n'étais plus qu'une loque vivante; je n'en pouvais plus, étant totalement épuisé, déprimé, découragé!

         

Du nouveau pour moi! Table
La Foi Vivifiante
Jésus, à la porte du coeur

Prêtre, mais inconnu de Dieu