Du nouveau pour moi!

Tout cela était du nouveau pour moi! Tout cela était contraire à ce que ma théologie m'avait enseigné: que le ciel et la vie éternelle ne pouvaient se gagner qu'à coups de mérites, de fidélités, de charités et de sacrifices... ce que j'avais d'ailleurs essayé de faire durant tant d'années! Et, comme résultat de mes efforts? je me disais: « Je ne suis pas plus avancé qu'avant! Si je commets un péché mortel, je vais en enfer si je meurs dans cet état! » Ma théologie m'a enseigné le salut par les oeuvres et les sacrifices. Je découvre dans la Bible un salut gratuit. Ma théologie ne me donne pas l'assurance du salut; la Bible m'offre cette assurance! je me vois confus. Peut-être devrais-je arrêter d'écouter ces émissions évangéliques!

Cette lutte en moi était en train de prendre d'alarmantes proportions. Je souffrais dans mon corps et dans mon coeur: maux de tête, insomnies, crainte de l'enfer... Je n'avais plus envie de dire la messe, ni d'entendre des confessions. Mon âme avait davantage besoin de pardon et de consolation que toutes les autres âmes au contact desquelles je venais. Et j'évitai tout le monde!

Mais Dieu continuait à me parier dans la solitude de mon coeur angoissé! Tant de questions surgissaient à mon esprit! Tant d'inquiétudes bouillonnaient dans mon coeur! La Parole de Dieu vint à mon secours, répandant un baume rafraîchissant sur les chaleurs que je ressentais. « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3.16). - « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ » (Rom. 3.23-24). - « Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus- Christ notre Seigneur » (Rom. 6.23). Et beaucoup d'autres textes me vinrent à l'esprit, textes que je connaissais maintenant grâce au fait de les avoir écoutés souvent sur les ondes par HCJB.

Il me vint à l'esprit de tout raconter à mes supérieurs. Celui qui était dans mon couvent était un homme très sage et un vrai papa pour chacun; il avait déjà remarqué mon attitude. J'avais changé; quelque chose n'allait pas. Je lui dis pourquoi. Il me laissa parler. Avant de terminer ma confession, je lui dis: « J'aimerais pouvoir, non seulement lire et étudier la Bible, mais aussi essayer d'y adapter ma vie, de vivre selon ce qui y est écrit, sans d'autres impositions des hommes! » La réponse fut très vague. Il ne voulut pas m'offenser. Il me conseilla de continuer à lire la Bible, mais que je devais maintenir ma fidélité aux enseignements de notre « mère, la sainte Église », à laquelle on doit se soumettre même dans les choses qu'on ne comprend pas! J'écoutai mon supérieur avec tout le respect que je lui devais. Lui-même n'était pas sûr de son salut. Mais, dans mon coeur, j'avais perdu la foi dans mon église, parce qu'elle n'enseignait pas l'assurance du salut. Une fissure s'était faite dans mon coeur qui allait s'agrandir et tout casser plus vite que je ne croyais.

         

Salut gratuit! Table
La Foi Vivifiante
Sermon qui brise le coeur

Prêtre, mais inconnu de Dieu